Pages

jeudi 18 mai 2017

MARYAM MADJIDI : Max et la poupée


Goncourt du 1er Roman 2017

Gros coup de coeur !!! Un premier roman magnifique. 
À travers les souvenirs de ses premières années, Maryam raconte l’abandon du pays. Ses parents communistes ne peuvent pas continuer à vivre en Iran sous Khomeini. A l'âge de six ans Maryam quitte l'Iran Pour la France. Là, elle va apprendre le français. Sa langue natale, le persan  l’efface progressivement du persan, Elle va tour à tour rejeter cette langue maternelle , puis l' adopter. 

Passage cocasse dans ce roman, les parents cachent des tracts communistes dans les couches de sa fille. 
Ce roman est une fable, les chapitres sont courts, Maryam évoque ses souvenirs, ses propres émotions. La patrie est la langue de Maryam. C'est la réflexion qu'elle s'est faite une fois adulte. Le regard de l'autre définit qui l'on est. 
J'ai aimé les passages où il est question de la langue : la langue du pays d'origine le Persan et la langue du pays d'adoption.  Un roman riche, émouvant, l'écriture est superbe, en un mot une véritable réussite.

Aucun commentaire: