Pages

jeudi 8 décembre 2016

IAN McEWAN : L'enfant volé

 Traduction Joséd Strawson
Le prix Femina étranger en 1993

" Pour les enfants, l'enfance n'a pas de limites temporelles. C'est toujours le présent. Tout est au présent. Il va de soi qu'ils ont des souvenirs. Il va de soi que, pour eux, le temps n'est pas absolument immobile et que Noël finit toujours par revenir. " 
Stephen écrit  des livres pour enfants. Il est marié à  Julie  avec qui il a une fille Kate. Sa vie prend un tournant épouvantable  le jour où Kate est enlevée dans un supermarché, par un moment d'inattention. Le cauchemar s'installe.Le quotidien, la vie repend son droit malgré ce vide qui se déroule sans sa fille Kate. Surtout comment se reconstruire ! Le chagrin le plonge dans un état dépressif Le seul ami qu'il continue à fréquenter, Charles ancien éditeur, un homme brillant promis à un grand avenir politique, a lui aussi décidé de se retirer de la vie agitée de Londres. Stephen  est membre membre d'une commission qui planche sur les problèmes de l'enfance et l'apprentissage scolaire subventionnée par le gouvernement. À aucun moment dans le roman l'auteur nous donne des nouvelles de Kate où est t-elle ? Est ce qu'elle est en vie ou non ? L'on est plutôt dans la psychologie des personnages, dans leurs souvenirs à chacun. 
" Le temps présent et le temps passé
Sont peut-être tous deux présents dans le temps futur, 
Et le temps futur contenu dans le temps passé."
Un très beau passage est le suivant  Sephen se souvient d'un moment où sur une plage de sable, Julie et lui avaient retrouvé leur âme d'enfants pour jouer au château de sable avec Kate. 
 Ce roman d'Ian McEwan évoque le temps qui passe, faire le deuil de notre enfance. Mais cela ne m'a pas empêché de sentir des longue C'est une réflexion sur le temps qui passe donc c'est un roman qui questionne le lecteur sur la notion du temps.



Aucun commentaire: