Pages

vendredi 28 octobre 2016

Vénus Khoury-Ghata : Les derniers jours de Mandelstam

Coup de cœur !
Je connaissais de nom ce poète russe grâce à ce petit recueil offert  lors d'un salon du livre.


On n'entend que le montagnard du kremlin 
L'assassin et le mangeur d'hommes ... 

Le grand poète russe Ossip Mandelstam est né à Varsovie en 1891, il est issu d'une famille bourgeoise juive. Iles décède à l'âge de quarante sept  ans en 1938 dans un camp de déportation de Vladivostok. Il Il a connu la faim, le froid, la misère, l'exil pendant vingt-sept ans, le refus d'écrire et aussi de travailler.  Staline est  « le montagnard du Caucase, l’assassin, le mangeur d’hommes ». Il  l’a réduit au silence, puisqu’il est interdit de publication depuis longtemps et contraint à l’exil dans son propre pays. Il est devenu avec sa femme un mendiant professionnel.  Il a su résister grâce à la poésie qui coule dans ses veines et  au soutient de sa femme qui est à ses côté. "Il a fallu un changement politique, l'arrivé de Khrouchtchev, pour que Nadejda puisse publier les poèmes de son mari qui ne voulait pas quitter la vie sans témoigner de ce qui s'était passé sous ses yeux."Sa femme Nadeja était une femme courageuse, héroïque plus jeune que lui. Elle a tout fait pour que l'on puisse lire Mandelstam et elle a même écrit une biographie de son mari.  Pasternak ne le laisse pas tomber, mais Zina la femme de Pasternak ainsi que Gorki le méprise avec violence. 
Vénus Khoury-Ghata évoque la mémoire  aussi de Akhmatova, Tsvetaïeva,"Mandelstam, Akhmatova, Tsvetaïeeva et tant d'autres poètes muselés, isolés de leurs jeunes lecteurs, déportés."victime de la barbarie sous Staline.
Vénus Khoury- Ghata avec ce roman nous prouve  que la littérature est l’un des moyens les plus sûrs de lutter contre la barbarie, c'est toute la force de la poésie. Un magnifique court roman, poignant, très attachant! 

Aucun commentaire: