Pages

samedi 3 septembre 2016

KAREN RUSSELL : SWAMPLANDIA

TraductionValérie Malfoy

J'ai découvert ce roman de Karen Russell lors d'une rencontre au Festival América édition 2014 (il y a deux ans).
" Le seul coin habitable  était l'île , qu'il nomma par la suite Swamplansia- un désert de cinquante hectare."
Ava Bigtree, une adolescente de treize ans, a passé toute sa vie à Swamplandia, un parc à thème peuplé d'alligators, que sa famille a créé sur une île des Everglades, au large de la Floride.

"Maman arriva au stade terminal de son mal à une vitesse effarante. Elle ne ressemblait plus à notre mère. Son crâne était chauve et lisse comme celui d'un bébé."
Elle perd sa mère, elle se réfugie dans l'ésotérisme et elle tombe amoureuse d'un fantôme nommé Louis Thanskiving. Son grand frère Kiwi est embauché dans le parc concurrent, Le Monde de l'Obscur. "À Swampladia, on avait déjà fait naître des centaines d'alligators, et il grandissaient très lentement, d'une trentaine de centimètre par an."
 Alors qu'Ava se lance dans une périlleuse mission à travers les marécages pour sauver les siens et Swamplandia. Elle souhaite qu'une chose qu'il le retrouve  sa gloire. 

Roman qui m'a assez déçu, il avait pourtant tout pour me séduire chronique familiale dépaysant la Floride et les parcs d'attraction , la touche de fantastique. Et, il se trouve qu'à sa sortie et en particulier au Festival América, ce roman a été mis très avant pour beaucoup de critiques Karen Russel est un écrivain promoteur. La famille Bigtree ne m'a pas intéressée, elle ne m'a pas séduit. Dommage, j'attendais beaucoup de ce roman.

2 commentaires:

c.l. a dit…

Je l'ai commencé mais je crois que je ne l'ai pas fini , je me suis perdue dans cette histoire ....

Malice a dit…

Cela me rassure :)