Pages

lundi 6 juin 2016

MICHEL HOUELLEBECQ : La carte et le territoire

Prix Goncourt en 2010

Autant j'ai été déçu par les Particules élémentaires, là avec ce roman j'ai été très séduite.  Voilà que cet auteur se trouve sur ma route de lectrice et j'aime beaucoup ce roman là,  il a une grande richesse dans ses thématiques.  
Il est question de l'art  (plus particulièrement l'art contemporain Jeff Koons, Pollock ...) et de la création est au cœur du roman, tout comme les relations entre un père et son, le bilan d'une vie.  

"La carte et le territoire" raconte la vie du peintre Jed Martin. Le début ressemble assez a celui des "Particules élémentaires" avec le décès de la grand-mère. Avec Olga, Jed va avec Olga travailler au service communication du guide Michelin. 
Jed va exposer dans une galerie, et il sollicite  l'écrivain Michel Houellebecq pour l'écriture du catalogue de son exposition.  Il va même lui rendre visite en Irlande. Cette mise en abîme m'a bien amusée, je l'ai trouvé plein de dérision. "De notoriété publique Houellebecq était un solitaire à fortes tendances misanthropiques, c'est à peine s'il adressait la parole à son chien. "
Tout comme l'auteur du roman s'amusera à faire du name dropping en accumulant les noms de personnalités des médias. Michel Houellebecq s'amuse beaucoup a mélanger la réalité et la fiction . Il évoque à Jed sa façon d'écrire comment il conçoit son métier d'écrivain. "On peut toujours, lui avait dit Houellebecq lorsqu'il avait évoqué sa carrière romanesque, prendre des notes, essayer d'aligner des phrases ; mais pour se lancer dans l'écriture d'un roman il faut attendre que tout cela devienne compact, irréfutable, il faut attendre l'apparition d'un authentique noyau de nécessité. "Pour ma part cela permet de rendre le roman attachant et intéressant. 
Les pages consacrées à William Morris ont attiré mon attention, personnalité mal  connu en France. J'ai trouvé que c'était intéressant d'insérer la personnalité de cet artiste très anglais dans un roman qui est très français. 
  

3 commentaires:

Ingannmic, a dit…

Je l'ai lu récemment aussi, et c'était pour moi une découverte : un a priori m'avait tenue jusqu'à présent éloignée de cet auteur. J'ai été agréablement surprise, j'ai trouvé ce roman original, riche en thématiques diverses..

Nanou a dit…

Je l'ai dans ma PAL depuis sa sortie. Ton billet m'incite à l'en extraire pour une lecture cet été.

GANGOUEUS a dit…

Après Soumission, tu me donnes envie de relire cet auteur. J'ai trouvé Soumission très intéressant. Il y propose un personnage fragile, solitaire. Une fragilité de l'élite française face à de gros bouleversements à venir. Il joue les prophètes aussi. Je suis curieux et tu me donnes envie avec cette chronique.