Pages

vendredi 4 janvier 2013

JULIE OTSUKA : certaines n'avaient jamais vu la mer

Rentrée littéraire 2012 
Prix Femina étranger


Coup de cœur !!!!!

Traduit par Carine Chichereau

" Sur le bateau nous étions presque toutes vierges. Nous avions de long cheveux noirs, de larges pieds plats et nous n'étions pas très grande." Un bateau quitte l’Empire du Levant avec à son bord plusieurs dizaines de jeunes femmes promises à des Japonais travaillant aux États-Unis. C’est après une éprouvante traversée de l’Océan pacifique qu’elles rencontrent pour la première fois à San Francisco leurs futurs maris. Celui pour lequel elles ont tout abandonné. Celui auquel elles ont tant rêvé. Celui qui va tant les décevoir. À la façon d’un chœur antique (ce "nous" collectif), leurs voix se lèvent et racontent leurs misérables vies d’exilées… leurs nuits de noces, souvent brutales, leurs rudes journées de travail dans les champs, leurs combats pour apprivoiser une langue inconnue, la naissance de leurs enfants, l’humiliation des Blancs…  J'ai trouvé poignant  le passage concernant la solidarité entre femme "Ce sont les femmes qui nous ont enseigné les choses dont nous avions le plus besoin." Car ces femmes japonaises se sentent complètement démunies loin de leurs familles. Le style de Julie Otsuka est poétique, puissant et très bouleversant. C'est une histoire vrais hélas malheureusement peu connu que nous révèle Julie Otsuka au début de la seconde guerre mondiale.
Ma première lecture pour l'année 2013, une lecture poignante et déchirante. Un excellent roman aussi bien du côté du contenu que du style. 

Je vous invite à  écouter cette émission sur FIP.
Et puis voir le billet de Titine : Plaisir à cultiver

11 commentaires:

Noukette a dit…

Lu à sa sortie et toujours pas chroniqué... J'ai bien aimé mais ce ne sera pas un coup de coeur...

Denis a dit…

un livre qui a eu pas mal de lectrices et je le lirai c'est certain, au moins pour le thème

Miss Léo a dit…

J'ai depuis longtemps envie de le lire, encore plus depuis que j'ai découvert son premier roman (Quand l'empereur était un dieu) !

Nanou a dit…

Je l'ai réservé à la médiathèque et j'attends mon tour ! Il est très demandé et c'est mérité, on dirait !

Titine a dit…

Elle abordait déjà ce thème dans son premier roman mais effectivement c'est complètement méconnu. Je suis bien contente de voir que tu as aimé ce livre.

Malice a dit…

@ Noukette : Ah ! Oui ;-)
@Denis : Oui pour le thème c'est un roman qui faut lire!
@ Miss Léo & Titine: Très envie maintenant de lire son premier roman !
@ Nanou : Très demandé cela ne m'étonne absolument pas !

Anis a dit…

J'ai vraiment adoré ce livre, quelle magnifique écriture !

dasola a dit…

Bonjour Malice, comme Noukette, je n'ai pas été enthousiasmée par ce roman certainement à cause du "nous" (première personne du pluriel) qui met trop de distance. Dommage car le sujet est passionnant.

Malice a dit…

@ Anis : Oui j'ai trouvé moi aussi ce roman très intéressant.
@ Dasola : Oui je comprends tout à fait que ce fameux "nous" à déranger. Pour ce livre je me suis rangée du côté de ceux qui ont aimé cette fois ci ;-)

Lou a dit…

J'ai fait un lien vers ton billet :) J'avoue que mon coup de coeur de la rentrée va à un autre roman dont je parlerai dans quelques jours, mais celui-ci est vraiment intelligent.

lucie a dit…

le procédé narratif m'a empêché de rentrer dedans, j'ai lâché à mi parcours...